• Thierry Devresse

Le présent et l'avenir du Budget de Mobilité

Dernière mise à jour : sept. 4

Interview de Jef Van den Bergh par Thierry Devresse sur le budget de la mobilité.

Bruxelles - 19/08/2021.

Introduction

Jef Van den Bergh travaillait sur l'idée du budget mobilité depuis 2008, ce qui a conduit à la création de la loi fédérale sur le budget mobilité, publiée en mars 2019. L'idée de base était que la voiture de société traditionnelle ne répondait pas aux besoins de tous. Il fallait créer un cadre juridique pour une mobilité multimodale, plus écologique et responsable, qui tienne compte de l'évolution de la mobilité où la voiture individuelle se transforme en mobilité en tant que service (MAAS). Ce cadre juridique vise à offrir aux employés une alternative à la traditionnelle voiture de société. Initialement, le projet ne prévoyait pas de voiture de fonction individuelle, mais celle-ci a été ajoutée pour répondre aux besoins d'un plus grand nombre de personnes. Le projet a été inclus dans l'accord du gouvernement de 2014 et la loi a été introduite en mars 2019. Contrairement à Cash4Car, qui était basé sur le salaire, le budget mobilité est basé sur la mobilité.

MMBB : À quelle vitesse le budget de la mobilité a-t-il été accepté par les entreprises ?

Jef VdB : Le budget mobilité a été très bien accueilli par les professionnels de la mobilité, car il répond aux besoins de mobilité de nombreux employés et aux ambitions durables des employeurs. Elle fournit également une base claire et juridique aux entreprises qui créent des services de mobilité multimodale. Mais trop peu d'entreprises offrent aujourd'hui à leurs employés l'option d'un budget de mobilité : à la fin de 2020, seul un bon millier d'employés auront opté pour un budget de mobilité.

MMBB : Pourquoi si peu d'entreprises le proposent-elles ?


Jef VdB : L'une des principales raisons est que la Covid 19 a été privilégiée à la place de nombreux projets, dont la mobilité. Les quelques entreprises qui ont introduit le budget mobilité sont très heureuses d'avoir franchi le pas (ndlr : certaines entreprises ont vu 80% de leurs employés passer à un budget mobilité). Parmi les autres facteurs, citons la résistance au changement, la complexité de l'introduction du budget de la mobilité dans les processus de gestion de l'entreprise, la disponibilité encore limitée des services de mobilité à la demande et peut-être la perception que ce projet coûtera de l'argent, alors que, par définition, il peut être neutre en termes de coûts pour l'employeur.

MMBB : Que faire pour accélérer l'introduction des budgets de mobilité ?

Jef VdB : Cette année, la loi sur le budget de mobilité propose un certain nombre d'améliorations, dont certaines sont importantes car elles devraient accélérer l'introduction des budgets de mobilité par les employeurs, comme la suppression des périodes d'attente, une formule TCO "prête à l'emploi" et la possibilité de traiter séparément les kilomètres professionnels. Et puis, en 2026, toutes les voitures de société devront être "zéro émission" de CO2 et, à partir de ce moment-là, il n'y aura plus de différence entre la voiture de société traditionnelle et la voiture à budget mobile. Le budget mobilité devrait alors devenir la norme, car il offre plus que la traditionnelle voiture de société sans aucune restriction. Et en attendant, d'autres idées pour améliorer l'adoption seront examinées. Je suis également certain que l'éventail des entreprises proposant des services de mobilité à la demande va s'élargir et s'améliorer. MMBB : Quand pouvons-nous espérer les nouveaux amendements à la loi sur les budgets de mobilité ? Nous sommes encore loin de la publication. L'avis du Conseil national du travail et du Conseil central des entreprises est attendu à la mi-septembre, puis le Cabinet et le gouvernement doivent (peut-être) procéder à des ajustements, et soumettre le projet de loi au Parlement (où il doit être renvoyé en commission, mis à l'ordre du jour, discuté en une ou plusieurs sessions, voté, envoyé en plénière avec discussion et vote final). J'espère que tout pourra être finalisé avant la fin de l'année.

50 vues0 commentaire